MFR Baulon
Expérience, Parcours, Orientation, Témoignages, Réussite, Alternance

Les Actualités

Des projets plein la tête : voyager, découvrir , partager, devenir infirmière et plus encore ...
Obtenir son bac après avoir traversé une scolarité bien remplie et semée de difficultés prouve parfois la motivation. La réussite se mesure aussi aux projets et à leur aboutissement car "le plus dur est d'y arriver"

Réussir son bac pro services à la personne


Une formation et une orientation se construisent durant la scolarité. Des projets peuvent mener à une réflexion plus importante et aussi plus personnelle sur les raisons de ces choix. Traverser une formation comme le
Bac Pro Services aux Personnes en y incluant des stages à l'étranger, des voyages de découverte comme le "Mali" donnent un sens à son vécu.

Les prémices de la construction du projet professionnel

Après ma 3ème, je me suis dirigée vers un BEP « Services aux Personnes », c'est une formation sur 2 ans. Ensuite j'ai voulu faire un Bac pro. Je souhaitais faire davantage de stage mais le lycée ne me le proposait pas. Alors je me suis renseignée et puis, j'ai entendu parler de la MF de Baulon.

Je suis venue assister aux portes ouvertes afin de découvrir la structure et la formation mais aussi de rencontrer des formateurs de là-bas.

J’ai beaucoup aimé et j’ai décidé de remplir un dossier d’entrée et ça a marché.

 

A cette époque, le métier d'infirmière me plaisait mais j'étais plus axée vers un diplôme d’aide-soignante. Je ne me sentais pas capable de passer et de réussir le concours d'infirmière.

 

 

L’intérêt de réaliser des stages dans les milieux professionnels

 

Tous ces stages à la MF que j’ai effectués, m'ont conforté dans mon orientation et plus spécialement dans les soins. L'avantage d'avoir tant d'heures de stages (environ 60 semaines sur les 3 ans) s'est de pouvoir voir et côtoyer divers publics comme les personnes âgées, les enfants polyhandicapés.

Ainsi en sortant de la MF, je n'avais pas encore fait de choix de service en particulier pour travailler, mais je savais déjà les services qui me plaisaient et ce qui me plaisaient moins.

 

 

Mais, la Mfr se n'est pas que cela, on est vraiment bien suivie, c'est une vraie famille! Ce qui donne bien son nom à " maison familiale "

On y apprend beaucoup de choses en dehors des cours, l'esprit d'équipe surtout, ce qui est très important pour le travail dans le service à la personne.

 

 

Les valeurs apprises, les stages à l’étranger et leur richesse

 

 

Durant mon Bac j'ai aussi eu la grande chance de faire partie du projet « Mali ». Le groupe voulait découvrir un pays éloigné de la France et aussi les populations locales dans le but de partager et de découvrir leur relation à la santé et à l’éducation.

Au Mali, c'était de réelles découvertes, on y apprend tellement de choses aussi. Avant ce voyage je crois que je ne me rendais pas compte de la réalité de la vie dans ces pays !

On a pu rencontrer des gens qui n'avaient pas grands choses et qui étaient prêts à être là pour nous alors qu'ils nous connaissaient à peine.

Une INCROYABLE expérience, qui m'a aussi donné le goût des voyages et du partage - Le goût de l’humanitaire !

Ce voyage s’est construit sur les 2 ans avec une réalisation en Terminale l’année du Bac. Un moment fort et surtout inoubliable.

 

Après avoir obtenu mon Bac pro services en milieu rural (équivalent du Bac Pro SAPAT actuel) à la MF, je me suis décidée à passer mes concours d'infirmière!

A partir de ce moment-là, mon projet professionnel était infirmière et rien d’autre ! 

Autres temps fort de mon Bac Pro à baulon, les stages à l’étranger. Avec une amie qui était aussi à la MF on a entendu parler d'une association " vivre en famille". C'est une association normande, qui propose à l’adoption des enfants de Djibouti à des familles françaises. Cette association envoie de jeunes bénévoles françaises là-bas à Djibouti pour s'occuper des enfants de l'orphelinat.


La recette de la réussite : le courage et la motivation

 

J'ai un avantage sur quelques unes de mes collègues étudiantes. En MF, j'ai déjà fait pas mal de stages. Alors les premiers stages, tout roule comme sur des roulettes

Après en fin de deuxième année, vient l’heure du mémoire, là ça se complique ! Des heures entières passée dessus, on sort plus, on pleure parfois! Mais quand on le finit, on est fière de soi.

J'ai réalisé mon mémoire sur " les émotions des soignants dans les soins palliatifs "

Un sujet pas toujours marrant mais qui me tenait à cœur parce que nous ne sommes pas assez informés sur ça dans les services.

Les heures de boulot ont payé ! Je valide mon mémoire avec un 16 à l'écrit et un 16 à l’oral ! Pour quelqu'un qui n'a pas toujours confiance en soi, j'avoue que là j'étais super fière de moi.

Début juillet 2013, résultats du diplôme ! Je suis enfin infirmière et je crois que je ne m'en rends pas vraiment bien compte

D'abord je suis fière de dire à tout le monde que j'ai réussi ! En effet on m'a souvent dit que d'une part le concours allait être trop difficile pour moi et « l'école d'infirmière même pas la peine, Parce que avec un bac pro ce n'est pas possible ».

Sauf que moi j'étais sûre de ce que je voulais et j'ai foncé !

Alors si j'ai un conseil à donner aux Terminale et aux autres: « ce n'est pas parce qu'on a "que" un bac "pro" qu'on peut pas aller au bout de ce qu'on veut ». Et j'en suis la preuve vivante.


Un projet professionnel en évolution constante


Je suis actuellement dans la région d'Indre et Loire, à Chinon.

Je travaille la nuit a l'hôpital et je suis actuellement sur l'Ehpad et je m'y plais plutôt bien!
J'apprends encore chaque jour, parce que quand on est diplômée, on ne sait pas tout ! Loin de la !

En mars 2015 je vais être titulaire. Encore un grand pas dans ma carrière.

Et maintenant je suis sur un nouveau projet : rien de concret encore, mais je vais essayer, par le biais de l'hôpital de reprendre mes études en septembre prochain. Pour faire un diplôme universitaire en soins palliatifs.

Cela me permettra de continuer mon travail suite à mon mémoire d'infirmière. Et puis on y est tous les jours confrontés dans les services de soins.

Et puis peut être ensuite postuler sur le service mobile de soins palliatifs.